09/01/2009

Délit de fantasme

A Cahors, il semblerait que les citoyens soient désormais coupables s’ils fantasment sur autre chose que sur des images pieuses. Le Procureur de la République, Eric Séguin, a en effet affirmé qu’il voyait un lien entre le sado-masochisme et les femmes battues.

Absolutekin

Pour Eric Séguin, il est impossible qu’une femme puisse éprouver du plaisir en se faisaient titiller les seins à l’aide d’une pince. Le 11 décembre 2008, il déclare dans La Dépêche du Lot«Je voudrais que les gens réfléchissent à l'image dégradante de la femme que renvoient ces cartes postales. À l'heure où l'on évoque les violences faites aux femmes, ce n'est pas inutile.» Et que pense-t-il des femmes qui éprouvent plus facilement des orgasmes en se faisant prendre par derrière à quatre pattes ? La levrette –pratique courante chez nos amis les chiens– ne pourrait-elle être assimilée à de la zoophilie ?

Il est inquiétant qu’un homme de loi – censé être au-dessus des préjugés  – condamne le SM d'une façon aussi caricaturale. Des préjugés du même genre assimilent les homosexuels à des pédophiles, les banlieusards à des délinquants et l’ensemble des Siciliens à des mafieux… Ça ne vole pas bien haut. Si je voulais me mettre au même niveau (de bêtise), je pourrais porter plainte contre les organisateurs de match de boxe sous prétexte qu’ils organisent en réalité des «passages à tabac». Tout le monde sait bien que les boxeurs sont des sadiques.
Quant aux sportifs de haut niveau —en authentiques masochistes— n'infligent-ils à leur corps des entrainements incompatibles avec le respect de la dignité humaine ? Interdisons le vélo, la gymnastique, le culturisme, et tous ces sports de combat qui n’ont – après tout – pas d’autre but que de faire du mal à soi ou aux autres ! Interdisons surtout que les gens fassent l’amour autrement que suivant les normes du bon goût.

Il y a un autre aspect du discours d’Eric Seguin que j’aimerais souligner : son machisme. Eric Séguin part du principe que seules les femmes sont soumises dans le milieu du SM. La réalité, c’est qu’il existe un nombre bien plus important d’hommes soumis (et avec des pinces sur les tétons) que de femmes soumises dans ce milieu. Dans la vie courante, en revanche, les femmes sont souvent victimes du machisme, victimes d’une domination qu’elles n’ont pas choisie et qu’elles ne désirent pas. Ce n’est donc pas le SM qui est à condamner, c’est bien plutôt cette société qui force des femmes à subir toutes sortes d’humiliations et de brimades.

Parmi ces humiliations, n’oublions pas celle qu’infligent les juges et les gendarmes quand ils viennent censurer nos fantasmes, les condamner et les stigmatiser. J'ai déjà écrit deux articles (ici et ) au sujet de Philippe Pissier: cela fait maintenant sept mois qu’il est «en examen» pour avoir envoyé par la Poste une photo représentant des seins nus ornés de pinces à linge. Les gendarmes lui ont dit qu’il était passible de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Au tribunal de Grande Instance de Cahors, la substitut du procureur refuse de répondre à la presse. Quant au Procureur, Eric Séguin, il se contente de souligner que mettre des pinces sur des seins, c’est la même chose que casser la figure d’une femme…

La modèle de Philippe Pissier (sa compagne de l'époque) n’est pas du tout d’accord bien sûr. Quand elle a posé pour ces photos, il s’agissait bien de réaliser un fantasme. C’était un jeu érotique. Mais la justice française ne semble pas vouloir entendre la voix de la principale intéressée dans cette affaire. Il serait pourtant intéressant de savoir si ces pinces lui ont procuré du plaisir… au cas où certains en douteraient.

Réagissez à l'article

 

Commentaires

La levrette de la zoophilie ? Il va falloir me condamner !

j'espère que M. Seguin aura une copie de votre article... et que l'étroitesse de son cerveau arrivera quand même à laisser passer quelques particules de toute l'intelligence et la tolérance que contient cet article.

Le plus amusant serait que ce bon Monsieur Eric Seguin soit un fervent catholique... De fait, ce serait l'adorateur d'un dieu dont la représentation humaine est un homme crucifié et couronné d'épines, et il souscrirait à l'idée qu'il ne faut pas éprouver de plaisir(s) mais de la joie... hmmm...
Ça fait en tous cas penser au film "Preached to the perverted" très plaisant au passage...

Oui, vous avez raison dans cet article, c'est le début d'une longue chasse aux sorcières qui recommence. On ne peut pas laisser faire çà, sinon la France va bientôt nous pondre une loi moraliste qui va en ce sens, et on sera tous bien embêté. Existe-t-il une pétition de soutien en faveur de Philippe Pissier ? Je pense que ce serait une bonne idée d'en faire une dans un premier temps ?

Chère agnès, merci de nous tenir informé de cette histoire délirante...
Ce qui est choquant plus que tout c'est la façon dont ces magistrats détournent l'esprit des lois et ce sans apparemment aucune retenue de la part de leur hiérarchie... mais bon on en saura surement plus lors de l'audience si elle se tiens un jour. A ce sujet, a-t-on des dates ?
pour le reste, serait-il possible de savoir si M. Pissier a pu récupérer son matériel saisi ?

«Je voudrais que les gens réfléchissent à l'image dégradante de la femme que renvoient ces cartes postales» : les revues pornographiques (qui, c'est bien connu, véhiculent une image très valorisante de la femme) ont le droit de s'étaler sur toutes les devantures des kiosques à journaux de France et de Navarre, en étant accessibles à tous et aux yeux de tous, notamment des plus jeunes, sans être le moins du monde inquiétées ni poursuivies.
Mais un artiste qui signe et envoie des cartes postales artistiques, à mille lieues de la pornographie, si…
N'est-ce pas plutôt sur cette "évolution" puritaine et hypocrite de la société que nous devrions tous réfléchir ?

Encore un proc malade comme ceux de nancy.C'est grave d'avoir de pauvres types à ce niveau.

Je trouve tout à fait scandaleux, pour ma part, que personne ne prenne la peine de s'interroger sur l'avis de ces pinces à linge. Qu'ont-elles ressenties, d'être exposées, nues, sur une carte postale, aux yeux des postiers et — désormais — de la justice ? Il est tout à fait scandaleux que personne ne leur demande leur avis, qu'aucun journaliste n'ait même l'idée de les retrouver pour leur poser la question.

Voilà maintenant la justice qui condamne fantasmes et fantaisies ! Lamentable.

Madame,
Vos propos sont un outrage a un détenteur de l'autorité, une incitation à la débouche,et à la rebellion.
De 5 à 10 coups de fouets, est la peine encourue.

bientot on va judiciariser la masturbation..je crois que je vais finir mes jours en prison..
je finis par sensuellement votre..ou plutot bondagement votre.et si j'ecris je suis votre obligé.. je tremble

Ce procureur a juste bien appris son catéchisme féministe contemporain.

je pense que la répression sexuelle va encore augmenter et que bientôt le net sera censuré de tout ce qui est classé comme porno ou de la violence faites aux femmes.

Pas du tout d'accord avec votre analyse...

Si j'ai bien compris, le procureur ne parle que de cartes postales ou des seins (féminins) subissent un traitement que certaines femmes apprécient, mais pas toutes au demeurant.

Et il condamne ceci, en disant en gros que ça brouille un peu l'image de la femme.

Hé bien je trouve qu'il a raison... Le SM est un jeu entre deux adultes consentants. De là a prendre des photos et à les filer à n'importe qui...

Le seul commentaire du procureur que vous retranscrivez, c'est "ça montre une image dégradante de la femme". Ce qui est objectivement vrai. Ensuite, que le SM soit un jeu (et un plasir) ou effectivement on jouit d'être "dégradé"...

C'est ça qui me gène avec votre analyse. Envoyer une carte postale avec un sein orné d'une pince à linge, ça fait plus provoc d'ado attardé qu'oeuvre d'art.

Et en fait, je finis par trouver la banlisation de la sexualité (et la pornographie) comme assez dangereuse. Jouer avec le corps, le plaisir, les tabous, je ne suis pas bien sûr que cela gagne à être diffusé...

Combien d'ados nourrit au porno sur internet croient que la sexualité se limite à pipe + sodo ?

Dans cette période sombre de violences et de guerre, on pourrait penser que la sexualité serait un exutoire ? Eh bien non, prenez du plaisir, et on vous envoie au tribunal. On se croirait quand même dans les années 60 françaises ou actuelles américaines, avec le délit d'atteinte aux bonnes moeurs.
Vous avez bien raison de souligner qu'un magistrat se doit d'être au dessus des préjugés. Ce n'est malheureusement pas souvent le cas.
En espérant juste que l'évolution des moeurs, en dent de scie, soit ascendante, et qu'on ne soit pas, encore, en train de s'enfoncer dans des abysses !

Naturellement, des pinces sur les tétons d'une femme (ou d'une homme) qui aime ça c'est hautement choquant. Il est temps que les pervers qui vendent ou utilisent ces accessoires soient condamnés à des travaux d'utilité public –dans une usine d'armement par exemple–

Je continue à trouver cette affaire particulièrement inquiétante, et cet article ne fait que raviver mes craintes.
Voilà qu'on nous ressort des arguments moraux, idéologiques, qui ne s'appuient sur aucune réalité prouvée ! Y a-t-il plus de femmes battues (précisons : qui subissent des violences morales ou physiques contre leur gré) parmi les pratiquants ou les sympathisants SM ? J'attends qu'une étude sérieuse me le prouve, en attendant je pense que non.
Et qu'il y en sans doute au moins autant chez les magistrats, par exemple...

Quant à la dernière question, je suppose que ce juge si partial rétorquerait qu'elle n'a pas tout son libre-arbitre, et que même si elle déclare en avoir joui, lui, Monsieur le juge-qui-sait-tout-mieux-que-tout-le-monde, sait bien que c'est faux ! Ou même, que si elle a vraiment joui ce ça, c'est tellement pervers qu'on ne peut même pas entendre son témoignage.
Bref, quand les personnes qui disposent d'un pouvoir quelconque cesseront-elles de vouloir l'utiliser pour faire le bien des autres contre leur gré, sous prétexte qu'ils savent mieux que le peuple ce qui est bon pour lui ?

Nous vivons une époque de régression incroyable dans tous les domaines: répression et abus policiers, répression absurde contre les fumeurs, régression démocratique, poutinisation de la vie politique! Rien d'étonnant dans ce discours à la fois répressif et stupide. Il est tout à fait exact que les soumis sont très nombreux, et que les dominatrices n'ont que l'embarras du choix. Cela étant, il faut faire la différence entre les hommes qui dictent en fait aux dominatrices ce qu'ils veulent subir, et les hommes réellement soumis et convaincus de la suprématie féminine.

Merci de suivre cette affaire hallucinante! Que pense ce cher Eric Séguin des cartes postales bien beauf que l'on trouve l'été près des plages avec ces femmes presentées comme des bouts de viande?
L'analogie avec les boxeurs est particulièrement pertinente...

"Déni de plaisir"
Touche pas à ton corps, tu risquerais de frôler ton âme et ça, c'est pô bien...
Une des pires formes de violence, ne serait-ce pas la censure, auto- ou imposée ? C'est souvent passé sous silence... Merci Agnès de prendre le temps d'écrire ces lignes et d'animer un blogutile.

Merci pour ce papier! la betise et la vulgarité conservatrice essaiet de nous avoir une fois de plus, résistons en étant heureux, nous-mêmes, sexy!!!!

Ma femme est la seule juge dans cette histoire. C'est a dessein qu elle me passe les menottes quand j'en pince pour elle. Et d'ajouter dans ses meilleurs moments:"Faute a fouet a moitie pardonnee!"(accent teton).

Mer Seguin se trompe de cible, c est "la haine sous toutes ses formes" et non "l amour sous toutes ses formes" qu il doit con-battre.

Bonjour et Meilleurs Voeux pour 2009.
J'ai lu avec intérêt votre article.
A l'évidence, il est moins dangereux d'aimer être un Cul Coincé qu'un Téton Pincé.
Question de choix, malgré tout, car les deux semblent procurer un plaisir absolu...
La preuve les Culs Coincés persistent à le rester et font étalage de ce fait par des déclarations publiques.
Mais que fait la Police!!! Avec ses Grosses Matraques.. ;-)

Et si c'était tout simplement de la frustration. C'est bien connu, quand on est privé d'une chose à laquelle d'autres ont droit, on condamne !
Tu imagines, c'est son grand phantasme à lui. Depuis des années chaque nuit il a du mal à s'endormir parce que ça tourne en boucle dans sa tête. Toujours le même film. Lui, face à cette femme nue, tellement belle et désirable. Elle, offerte, les mains attachées au dessus de la tête au poteau où elle est adossée. Elle est là, face à lui, soumise, les seins qui pointent gonflés de désir. Ils n'attendent que la sublime punition, celle qui va l'emmener progressivement jusqu'à l'orgasme. Et lui qui prend du plaisir en maltraitant ces tétons, en les pincant, en tirant dessus jusqu'à ce qu'elle le supplie d'arrêter, en les mordillant ... Merde, fin du rêve, sa femme qui dort à côté de lui vient de se retourner. Personne ne veut jouer avec lui. Pas une âme pour lui permettre de mettre en pratique. Alors c'est normal, il enrage le pauvre !
En fait, ce qu'il faudrait c'est que tu te dévoues, que tu lui fasses ce cadeau ... Ca te branche comme expérience ?

Une société où l'expression de la sexualité est totale n'est nullement incompatible avec une société hyper-puritaine. Libération des moeurs (droit de partouzer et de bare-backer sans préservatifs) et ultra-puritanisme sont les versants d'une seule et même pièce : celle de la décadence. Bien à vous

Merci de considérer encore l'information comme un sujet à ne pas prendre avec des pincettes !
Les blogs de libé devraient parfois être bien plus mis en avant !

Le moyen âge s'était pris cinq siècle de congés et aujourd'hui il revient en force.

Le SM que je ne pratique pas (encore ?) est
un acte volontaire. La loi doit protéger des violences infligées contre son gré, elle ne doit pas intervenir autrement...Mr SÉGUIN doit retrouver sa chèvre et relire ses classiques : "et s'!il me plaît à moi d'être battue.."Molière était il un SM ? faut il en interdire la lecture aux enfants ? allons , Mr SÉGUIN n'avez vous pas de préoccupations
de Procureur plus urgentes ?

" la justice française"
Franchement, des cons bornés il y en as partout, et certains on des positions qui leur permettent de faire plus chier le monde que d'autre, mais de là à faire des amalgames ...

Le seul bouquin que j'ai lu parlant - un peu - du SM c'était > Eh bien je n'ai absolument pas lu ce que M Eric Séguin décrit...

On régresse, on régresse, on régresse... dans notre société moderne et occidentale! On va bientôt se retrouver plus coincé qu'au Moyen âge!

Le problème de certaines de nos élites est que ce sont des "culs bénis" qui vivent dans le tour d'ivoire. C'est incroyable de voir comment le sexe est mis en marge de notre société dans notre pays.

Pince alors !

Eric Seguin semble une belle image d'un Tartuffe du XXIe siècle. Et comme vous le soulignez, il est tellement plus simple de condamner le SM, choix consensuel d'une sexualité piquante, que de se pencher sur les effets sociaux et sociétaux de la domination masculine.
Et de continuer à confondre femme fouettée et femme battue. Haro sur les premières, silence sur les secondes.
Tartufferies !

Ya des "hommes de loi" qui ont vraiment rien a glander putain !

Non mais n'importe quoi, assimilez le SM a une image dégradante ....

"mettre des pinces sur des seins, c’est la même chose que casser la figure d’une femme…" Il en tient une sacré couche celui la... cela n'a aucun rapport !

L'article 227-24 du nouveau code pénal abroge l'article 283 et suivants du code pénal qui punissait l'outrage à la décence.

L'article 227-24 ne pénalise le fait de fabriquer, transporter, diffuser un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d'un tel message si et seulement si ce message est susceptible d'être vu ou perçu par un mineur.

La plainte est probablement non fondée car il semble qu'elle émaneraient d'employés de la Poste, car dans le le circuit du traitement du courrier, cette correspondance privée destinée à une institution artistique ne court aucun risque d'être publiée ni exposée à un mineur.

D'ailleurs, comme lors de l'inculpation des organisateurs de l'exposition "Présumés Innocents" en Décembre 2006 pour une manifestation qui a eu lieu à Bordeaux en 2000 et dont la plainte et l'instruction a duré 6 ans avan l'instruction. A ce jour, aucune décision n'a été prise. Seule la relaxe, c'est dire le non-lieu dans cette affaire semble être plausible tant le dossier manque d'élément pour justifier tant l'application de l'article 227-23 ui réprime toute représentation d'enfant à caractère pornographique que l'article 227-24 qui réprime les messages outrageant s'ils risquent d'être exposés à un mineur.

Les rodomontades moralistes n'y pourront rien.

L'article 227-24 ne punit pas les images qui peuvent porter atteinte aux bonnes mœurs contrairement l'article à l'atticle 283 abrogé depuis 1994.

Alors la question se pose de savoir pourquoi le tribunal de Cahors tarde-t-il tant à clore cette fausse affaire par le non-lieu qui s'impose.
La justice a-t-ele peur du ridicule ?

Plus ça va plus la liberté d'expression est bafouée...
Mais pas seulement, je pense qu'ici on veut imposer par la loi et par des sanctions le soit-disant "bon gout" sexuel, la norme à laquelle chacun devrait se plier, et c'est là que ça devient dangereux...

Bravo Agnès, votre blog est formidable

la revolution reactionnaire est en marche :
et les plus à plaindre seront comme d'hab ,les femmes ...

Le bon côté de cette situation pour M Philippe Pissier c'est la publicité gratuite autour de son "oeuvre", d'ailleurs toute relative, d'artiste photographe car j'ai du mal à imaginer une condamnation pénale.
Libre au procureur de la république de se ridiculiser...